Vous êtes dans : Accueil > Accès directs > Actualités > Comment agir > Rue 89 : "Le "tireur fou" et l'opinion publique : une écharde merdique sous la peau"

Rue 89 : "Le "tireur fou" et l'opinion publique : une écharde merdique sous la peau"

le 26 novembre 2013

Au début, sur les photos, il était blanc de peau. Donc forcément un dérangé mental plutôt qu’un terroriste. Voilà maintenant qu’il aurait un nom à consonance quasi islamiste et qu’il serait d’origine algérienne. Doutes ? Remise en question ? Non, trop tard, on est parti sur le thème de la folie, faut continuer...

Vous êtes-vous déjà pris une écharde merdique sous la peau ? Au début, votre réaction est d’arracher dare-dare l’intruse malencontreuse. Moyennant quoi vous en brisez la partie apparente dans votre précipitation. Et il vous faut curer votre propre chair avec une pince à épiler que vous n’avez même pas pris la peine d’aseptiser. Vous l’aurez compris, la pénible aventure de l’écharde Dekhar n’a finalement que peu d’intérêt en soi. Un simple fait-divers, un peu minable, pas mal désespéré. Mais il y a notre réaction sidérée à nous, si révélatrice du trouble qui nous submerge.

En savoir plus sur la stigmatisation en santé mentale