Vous êtes dans : Accueil > Accès directs > Actualités > Pour en savoir plus > Information Psychiatrique : "La psychiatrie à l’épreuve de l’insécurité sociale : la dangerosité ou plutôt la prédiction du risque de violence en toile de fond du débat psychiatrie-justice"

Information Psychiatrique : "La psychiatrie à l’épreuve de l’insécurité sociale : la dangerosité ou plutôt la prédiction du risque de violence en toile de fond du débat psychiatrie-justice"

La dangerosité est devenue le problème de nos sociétés et ce concept incertain qui bouscule les limites entre le droit et la clinique continue à faire l’actualité parlementaire : la loi de programmation relative à l’exécution des peines vient d’être votée le 29 février 2012 par l’Assemblée nationale. Cette loi, tout en prévoyant de créer 24 000 places de prison supplémentaires, envisage d’évaluer la dangerosité des détenus pour les affecter dans quatre types d’établissements à « sécurité renforcée, intermédiaire, adaptée ou allégée ».

L’évaluation de la dangerosité, déléguée actuellement dans notre pays au psychiatre, est en rupture avec les principes fondamentaux du droit pénal : la longueur de la peine n’est plus en rapport avec la culpabilité de l’auteur ou avec l’infraction qu’il a commise, mais dépend de sa dangerosité supposée, c’est-à-dire de sa probabilité à récidiver.

Auteur : Jean-Louis Senon, PU PH, université de Poitiers

Article consultable sur le site Information psychiatrique

La Revue consacre un numéro spécial au thème Dangerosité : la psychiatrie à l'épreuve des demandes sociales