Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Atlantico : +50% de SDF en 10 ans. Quand le traitement des maladies mentales est plus efficace que les aides financières

Atlantico : +50% de SDF en 10 ans. Quand le traitement des maladies mentales est plus efficace que les aides financières

le 16 février 2015

[Atlantico] Selon le rapport de la fondation Abbé Pierre le nombre de SDF a augmenté de 50% en 10 ans en France. Une situation doublement dramatique, car au-delà de la précarité physique et matérielle, vivre dans la rue augmente nettement les risques de dégradation de la santé mentale.

Atlantico : Quels liens peut-on établir entre le fait de vivre dans la rue et la dégradation de la santé mentale d'une personne ?

Jozef Corveleyn : La grande précarité (pauvreté extrême, situations de conflits ou la combinaison de ces facteurs) affecte directement la condition de santé globale d’un individu, quel qu'il soit. Il y a naturellement de grandes différences interindividuelles. Nous avons tous différents degrés de vulnérabilité ou de résilience, dépendant de notre condition individuelle, aussi bien en fonction de notre histoire de vie depuis la petite enfance mais aussi en fonction de notre héritage génétique. Mais une grande pression (techniquement "le stress") sur notre condition de vie soulève toujours un défi quant à notre équilibre mental. D’autant plus lorsqu'il s'agit de vivre dans la rue. Les effets d’un tel "stress", qui plus est permanent, n’est pas à sous-estimer.

Source Atlantico