Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > BEH : Attentats en France, quel impact sur les hospitalisations pour maladies cardiovasculaires ?

BEH : Attentats en France, quel impact sur les hospitalisations pour maladies cardiovasculaires ?

le 10 novembre 2017

En 2015 et 2016 la France a subi trois vagues d’attaques terroristes d’une ampleur sans précédent sur son territoire. Leur nature et leur violence, ainsi que le relais médiatique continu qui a suivi, ont conduit à une augmentation du niveau d’anxiété et de stress dans la population, y compris dans celle non directement exposée aux attentats. Or, le stress est un facteur favorisant la survenue de certaines maladies cardiovasculaires.

L’objectif était d’étudier, au niveau national et régional, l’impact à court terme des attentats de 2015 et de 2016 sur les hospitalisations pour maladies cardiovasculaires.

Méthodes 

Les données d’hospitalisation ont été extraites du PMSI-MCO de 2009 à 2016. Les hospitalisations complètes avec un diagnostic principal de syndrome coronaire aigu (SCA), d’accident vasculaire cérébral (AVC) ou d’insuffisance cardiaque (IC) ont été sélectionnées. Le nombre quotidien d’hospitalisations par cause et par lieu d’hospitalisation (Île-de-France/hors Île-de-France et Alpes-Maritimes/hors Alpes-Maritimes) a été analysé à l’aide de modèles de Poisson additifs généralisés, ajustés sur les variations à court terme, les variations saisonnières et les tendances à long terme. L’augmentation des hospitalisations a été modélisée à l’aide de splines cycliques des jours encadrant la survenue des attentats.

Résultats 

Dans les 15 jours qui ont suivi les attaques, le nombre brut d’hospitalisations pour AVC et IC a été supérieur au nombre moyen d’hospitalisations lors des mêmes périodes pour les autres années de l’étude. Cette tendance n’était pas observée pour les hospitalisations pour SCA. Ces différences disparaissaient après ajustement sur les tendances à court, moyen et long termes. Les augmentations du risque d’hospitalisation dans les 15 jours suivant les attaques étaient inférieures à 6% et non significatives, quels que soient la pathologie, l’épisode d’attentat et la zone géographique étudiée.

Conclusion 

Notre étude n’a pas mis en évidence d’augmentation à court terme des hospitalisations pour maladies cardiovasculaires suite aux attaques terroristes de 2015 et de 2016. Néanmoins, les effets à plus long terme sur l’incidence et la mortalité devront être évalués.

Source BEH