Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Figaro : Accouchement, soulager la douleur évite la dépression

Figaro : Accouchement, soulager la douleur évite la dépression

le 7 décembre 2016

[Figaro] La péridurale pourrait réduire le risque de baby-blues, médicalement connu sous le nom de dépression postpartum.

Contre toute attente, la mise au monde d’un enfant provoque une déprime passagère chez six femmes sur dix: le fameux baby-blues. Heureusement, dans la majorité des cas, il disparaît spontanément et tout rentre dans l’ordre en quelques jours.

Cependant, une femme sur dix est susceptible de développer une véritable dépression post-partum. De nombreux facteurs semblent être impliqués mais soulager la douleur ressentie lors de l’accouchement pourrait en diminuer le risque. C’est ce que suggère une étude dont les résultats préliminaires ont été présentés lors du congrès annuel de la société des anesthésistes américains.

L’équipe du docteur Grace Lim, de la maternité de Pittsburgh aux États-Unis, a examiné les dossiers médicaux de 200 femmes ayant bénéficié d’une péridurale et qui ont évalué leur douleur sur une échelle de 0 à 10 tout au long de l’accouchement, avant et après la mise en place de l’analgésie. Puis ces jeunes mères ont été à nouveau interrogées six semaines après la naissance.

Après avoir tenu compte de certains facteurs favorisant la dépression postpartum comme notamment une dépression préexistante, l’anxiété ou la douleur liée à un traumatisme physique lors de l’accouchement, les chercheurs ont constaté que les femmes qui bénéficiaient d’un bon soulagement de la douleur avec la mise en place de la péridurale étaient les moins susceptibles de présenter des symptômes de dépression dans la période postpartum.

Ces résultats n’étonnent pas le professeur Israel Nisand, gynécologue-obstétricien au CHU (centre hospitalier universitaire) de Strasbourg. «Jusqu’à présent c’était une intuition clinique non démontrée. Mais certaines femmes dont l’accouchement est particulièrement douloureux ne prennent pas leur enfant dans les bras, détournent la tête. Il faut dire que certains accouchements sont réellement traumatisants à cause de la douleur. Cela laisse des traces psychologiques», explique-t-il. C’est pourquoi, pour ce spécialiste, tout accouchement devrait pouvoir bénéficier d’une péridurale si nécessaire.

Un meilleur accompagnement

En montrant que la péridurale pourrait, au-delà de la prise en charge de la douleur, influencer le bien-être des futures mères, les résultats de l’étude américaine pourraient faire pencher la balance en ce sens. Il reste toutefois à démontrer que le lien suggéré est confirmé par une étude dite randomisée. C’est-à-dire dans laquelle les femmes bénéficiant ou non de la péridurale seraient tirées au sort parmi un groupe de volontaires.

Pour le docteur Lim des recherches supplémentaires sont en effet nécessaire. «Nous avons trouvé une association entre les femmes qui éprouvent moins de douleur pendant le travail et un risque plus faible de dépression postpartum, mais nous ne savons pas si le contrôle efficace de cette douleur permettrait d’éviter la dépression.» L’essentiel étant sans doute que les femmes puissent être accompagnées que ce soit pour faire face à la douleur où lorsque les signes de la dépression apparaissent.

Source Figaro