Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > France Culture : Soignants en souffrance. La vulnérabilité des professionnels de la santé face à la dureté de leur métier

France Culture : Soignants en souffrance. La vulnérabilité des professionnels de la santé face à la dureté de leur métier

le 21 septembre 2017

Ceux qui sont confrontés à la douleur des personnes malades sont-ils toujours assez forts ?

Les médecins, chirurgiens ou infirmières qui soignent des patients, les sauvent ou les accompagnent parfois dans leurs dernières heures, ont-ils le droit de craquer ? Et lorsque le soignant atteint d’une maladie grave se retrouve dans un lit d’hôpital à la place du patient, comment le vit-il ? Comment observe t-il ses confrères amenés à le soigner ?

1er épisode : Les soignants souffrent aussi

Le 13 mai 2007, Muriel, alors infirmière en service de cancérologie-pédiatrie, accompagne Irène, jeune fille de 16 ans, dans les dernières heures de sa vie. Elle s’occupe de son traitement, soutient la famille et accompagne même le corps de l’adolescente à la morgue. Une journée comme Muriel pouvait en vivre souvent. Mais le lendemain de la mort d’Irène, Muriel est convoquée dans le bureau de la responsable de service et reçoit un avertissement. Elle avait oublié de mettre une étiquette sur le corps de la défunte. Ce jour-là, Muriel rend ses sabots et ne remettra plus un pied à l’hôpital. « J’y ai laissé ma peau ».

Eric Henry, lui, est médecin généraliste à Auray, dans le Morbihan. En 2013, il rencontre le Professeur Pierre Carayon, ancien chef du service de gastro-entérologie-addictologie aux soins palliatifs du CHU de Besançon, engagé dans le projet d’une institution spécialisée pour les professionnels de la santé. Durant sa carrière, cet homme avait rencontré un grand nombre de soignants alcooliques et cherchait pour eux des réponses adéquates. Mus par un même objectif, Carayon et Henry fondent l’association SPS - Soins aux Professionnels de la Santé. Pour Eric Henry, le secret médical pousse les praticiens à l’isolement. « Avec la douleur que l’on croise chaque jour, on ne nous dit pas assez qu’on a le droit de pleurer, que l’on reste pour autant de dignes soignants. »

 

Source France Culture