Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Gazette Santé-Social : Donner la parole aux usagers, avec quels moyens ?

Gazette Santé-Social : Donner la parole aux usagers, avec quels moyens ?

le 21 mars 2016

[Gazette Santé Social] La deuxième conférence parlementaire sur le travail social s’est déroulée le 10 mars 2016 à l’Assemblée nationale, sur le thème de la citoyenneté. Elle intervient dans un contexte de profonde rénovation.

Mais parler au nom des bénéficiaires n’est pas suffisant. L’enjeu du travail social aujourd’hui est non seulement de leur donner la parole, mais de coconstruire avec eux. « Nous sommes les experts de notre handicap, écoutez-nous ! Croyez en nos capacités ! » a exhorté Corinne Clermont, vice-présidente de « Nous aussi », association des personnes handicapées intellectuelles.

Des délégations de « Nous aussi » interviennent dans les écoles de travailleurs sociaux. « Les étudiants trouvent que cela est important. Ils sont même étonnés de tout ce que nous savons faire ! », explique Corinne Clermont, insistant pour que les travailleurs sociaux ne confondent pas « protection et surprotection ». À Lille, un collectif de SDF s’est même constitué pour aider à reloger leurs pairs, puis a noué une convention avec deux écoles de travailleurs sociaux pour consolider son action.« Il y a encore des réticences. On a l’impression que ça dérange certaines personnes », convient Dominique Calonne, vice-président du collectif.

Ce que confirme Marcel Jaeger, responsable de la chaire de travail social et d’intervention sociale au Cnam. « La participation des personnes accompagnées à la formation est assez mal acceptée au niveau institutionnel. On veut bien les écouter à titre de témoin. Considérer en revanche qu’ils peuvent être acteurs de la formation déclenche une certaine hostilité, voire de fortes réactions syndicales à caractère corporatiste », déplore-t-il, alors qu’il y a une forte légitimité à impliquer les personnes accompagnées dans la construction des connaissances, pour mieux connaître ces publics.

Source Gazette Santé Social