Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > HuffPost : France Télécom : 10 ans après la vague de suicides, la prévention de la souffrance au travail toujours défaillante

HuffPost : France Télécom : 10 ans après la vague de suicides, la prévention de la souffrance au travail toujours défaillante

le 13 mai 2019

Dix ans après la vague de suicides à France Télécom, dont le procès s’ouvre ce lundi 6 mai 2019 à Paris, la prévention des risques psychosociaux s’est traduite par des accords d’entreprise. Mais la réalité de la souffrance au travail reste “alarmante”, selon des spécialistes.

“Non seulement on n’a pas avancé mais en transformant la dimension santé au travail en qualité de vie au travail (QVT), on a pasteurisé le discours sans analyser les causes profondes des suicides devenus le lot commun de beaucoup de salariés, comme le burn out et la dépression, ni mettre en place de véritables mesures de prévention”, s’insurge le Dr Marie Pezé, à la tête d’un réseau national de consultations spécialisées de souffrance au travail créé en 1997.

Dans ces consultations, “on voit des tableaux de plus en plus graves, des ‘suicides blancs’”, c’est-à-dire “des gens totalement épuisés qui ne veulent pas mourir mais juste que ça s’arrête, ce qui conduit à se jeter sous le RER ou à avaler les médicaments qu’il faut quand on est interne à l’hôpital”, ajoute celle qui voit arriver dans son cabinet de très hauts cadres d’entreprise, notamment des femmes.

Vice-présidente de l’Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH) dont elle anime la commission santé QVT, Laurence Breton-Kueny “ne conteste pas l’existence de cas dramatiques” mais s’inscrit en faux contre le fait que les entreprises ne font rien.

Lire la suite sur HuffPost