Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > LCI : Elle raconte la cyclothymie en BD

LCI : Elle raconte la cyclothymie en BD

le 21 octobre 2016

[LCI] Lou Lubie passe du rire aux larmes sans crier gare mais ne sait pas pourquoi. Le diagnostic de son trouble de l’humeur, dans le spectre de la bipolarité, mettra 7 ans à être posé. A l’occasion de la sortie de son livre "Goupil ou Face", ce mercredi 12 octobre, la jeune femme de 26 ans a répondu aux questions.

Pourquoi avez-vous décidé d'écrire sur votre maladie, la cyclothymie ?

On a tous déjà entendu parler des troubles de la bipolarité mais pas de la cyclothymie, un trouble plus léger. A cause du manque d’information, j’ai mis 7 ans à être diagnostiquée… et à être prise en charge. Pourtant, on est 6% de la population française à avoir un tempérament cyclothymique. Autrement dit, mon humeur peut varier d’un extrême à l’autre en très peu de temps. Dans le monde, on estime qu’au moins 420 millions de personnes sont concernées. Ce qui ne pas dire pour autant que tout le monde doit prendre des médicaments pour se soigner. Une psychologue, le Dr Isabelle Leygnac-Solignac, a d’ailleurs supervisé mon travail.

Dans votre BD, vous avez décidé d'illustrer votre trouble par un renard. Pourquoi ?

J’ai toujours su qu’il y avait quelque chose de noir en moi, mais je n’arrivais pas à mettre de mot dessus. Comme je suis dessinatrice de BD, j’ai essayé d’incarner mon trouble. Au début, j’ai opté pour un furet mais ça ne me convenait pas. Je voulais quelque chose de plus mobile, de plus insaisissable. Dans la culture japonaise, le kitsune (comprenez, un renard) est un petit démon qui joue des tours…

La cyclothymie se manifeste par des phases d'euphorie et de dépression. C’est aujourd’hui que sort votre BD en librairie, vous vous sentez comment ?

(Rires...) Un mélange d’émotions. Honnêtement, je vis une période plutôt basse. Mais j’ai hâte de pouvoir en parler avec les lecteurs. C’est bien pour ça que j’ai réalisé cette BD.

Vous avez vu huit spécialistes différents. On vous a diagnostiqué une dépression, une phobie sociale… Qu'est-ce qui a été le déclic du diagnostic ?

Il y a même un psychiatre qui m’a affirmé que je n’étais pas bipolaire ! Deux d’entre eux m’ont dit que j’étais cyclothymique. Mais je n’arrivais pas à m’en convaincre. Le déclic s’est produit quand je suis tombée sur une vidéo du Dr Hantouche, un psychiatre spécialisé dans les troubles bipolaires, sur Dailymotion. C’est à ce moment-là que j’ai compris.

Source LCI