Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Le DailyPsy : Le blues des fêtes de fin d’année

Le DailyPsy : Le blues des fêtes de fin d’année

le 15 décembre 2017

Selon une étude IPSOS de 2012, « même si pour la majorité des Français (60%) personne ne pose véritablement problème [pendant les repas de fêtes], 39% des personnes interrogées se passeraient bien de certains convives. 

Aux rangs des « indésirables », les cousins et cousines, oncles et tantes qu’on ne voit jamais par ailleurs occupent la première place, avec 16% de citations. Suivent le copain ou la copine esseulé qu’on s’est senti obligé d’inviter (9%), la belle famille (7% de citations pour les parents de son conjoint) et ses propres parents (6%). »

Qu’en est-il en 2017 ? Il semblerait que le problème soit récurrent. Les personnes isolées le seront toujours plus et les familles brisées peinent à rafistoler les morceaux pour préserver les apparences. Intéressons-nous à ceux pour qui Noël ne rime pas avec champagne, cadeaux et retrouvailles mais angoisse et solitude :

« Les réfractaires des fêtes et les angoissés de la fin d’année sont plutôt minoritaires . Pour 20% des Français, les fêtes sont une période comme une autre (24% des hommes, 26% des plus modestes). C’est une période angoissante pour 13% des personnes interrogées (17% des femmes, 18% des plus de 45 ans). »

Lire la suite sur le blog du DailyPsy