Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Le Figaro : «Il ne faut ni dénier ni subir le fait de vieillir»

Le Figaro : «Il ne faut ni dénier ni subir le fait de vieillir»

le 15 octobre 2015

[Le Figaro] Benoît Verdon, psychologue clinicien, psychanalyste, professeur à l'université Paris Descartes, a écrit «Le Vieillissement psychique» (collection « Que sais-je ? », Éditions PUF).

LE FIGARO. - Peut-on dire que le psychisme, comme le corps, «vieillit»?

Benoît Verdon. - Cela n'est en effet pas si simple. Il y a une évidence du temps qui passe dans le fait de vieillir. Le corps est marqué par le changement: il y a des modifications amplement partagées comme les problèmes auditifs et visuels, une moindre aisance à la marche, et parfois des pathologies plus handicapantes comme la cataracte, l'ostéoporose, etc.

Certaines ressources du fonctionnement cognitif se fragilisent. Se sentir encore partie prenante de la dynamique sociétale, économique, politique et culturelle risque d'être remis en question. Mais, là encore, il ne faut pas généraliser. Il y a des personnes âgées chez lesquelles les capacités à s'investir dans la société sont très vives, comme il y a des artistes vieillissants qui déploient de nouveaux talents.

La capacité de créer, d'inventer, de trouver une place au milieu des autres et de prendre du plaisir n'est pas abolie sous prétexte du vieillissement. C'est cela qui nous garde de penser le vieillissement psychique à l'image du vieillissement physiologique. Au plan psychique, le temps n'est pas linéaire: l'enfant ou l'adolescent qu'on a été, avec ses frustrations, ses projets de jeunesse accomplis ou non, continue à exister en chaque personne âgée.

Source Le Figaro