Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Le Figaro : Les ruminations mentales, nouveau mal contemporain

Le Figaro : Les ruminations mentales, nouveau mal contemporain

le 7 février 2016

[Le Figaro] Il y a ceux qui, mentalement, se cramponnent au moment présent ; ceux qui tentent d'éliminer de leur raisonnement les «je devrais», «j'aurais pu» et autres participes passés inutiles et encombrants… Toutes sortes de stratégies finement élaborées pour échapper et survivre au nouveau mal contemporain qu'on pourrait appeler l'«hyper penser» («overthinking»).

Pendant longtemps, les patients consultaient les psychanalystes parce qu'ils voulaient se libérer de fantasmes inavouables. Désormais, ce n'est pas la teneur morale de leurs pensées qui les inquiète, mais leur incessante activité. C'est une spécialiste des troubles de l'humeur et de l'anxiété, Susan Nolen-Hoeksema, du département de psychologie de l'université de Yale, qui, étudiant les mécanismes cognitifs menant à la dépression, a été la première (au début des années 2000) à mettre le focus sur ces «ruminations mentales». D'après une étude menée sur 1 300 personnes choisies au hasard, elle a découvert que 63 % des jeunes adultes et 52 % des quadras pouvaient être considérés comme des «overthinkers» avec une population féminine davantage touchée par ce trouble (voir son livre Pourquoi les femmes se prennent la tête?, Éd. Marabout).

Source Le Figaro