Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Le JDD : Des soins post-traumatiques pour 400 victimes du 13 novembre

Le JDD : Des soins post-traumatiques pour 400 victimes du 13 novembre

le 3 février 2016

[Le JDD] L'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) lance, au mois de mars, une grande étude sur la prise en charge de ces états de stress post-traumatique induits par la confrontation avec l'horreur.

Quelles conséquences psychiques les attentats du 13 novembre à Paris et en banlieue ont-ils eues sur les blessés mais aussi sur les secouristes, les soignants, les habitants des quartiers touchés, les policiers ou les journalistes témoins de l'horreur? Alors que la menace terroriste n'a pas disparu, comment vaincre la détresse (cauchemars, évitements, etc.) familière à ceux qui ont approché la mort? L'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) lancera, au mois de mars, une grande étude sur la prise en charge de ces états de stress post-traumatique induits par la confrontation avec l'horreur.

Mené auprès de 400 victimes dans 16 hôpitaux par une centaine de cliniciens (psychiatres, psychologues, infirmiers), ce travail qualifié de "recherche action" se propose d'évaluer la pertinence d'un programme conçu par le professeur Alain Brunet, de l'université McGill à Montréal. "Ce grand spécialiste a mis au point une trajectoire dite de reconstruction de la mémoire qui fonctionne bien", détaille le professeur de psychiatrie Bruno Millet, de La Pitié-Salpêtrière, coordonnateur de l'étude AP-HP.

Source Le JDD