Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Le Monde : au secours, j'ai un enfant hyperactif !

Le Monde : au secours, j'ai un enfant hyperactif !

le 10 octobre 2016

[Le Monde] Il n’y a aucune volonté de stigmatiser les mères, à la place de cette mère on aurait pu avoir n’importe quelle figure « maternante » (mothering selon les Anglosaxons): père, grand-parent, nounou… qui aurait joué le même rôle. Le blog l'Avventura décrypte l'hyperactivité des enfants en dessins.

Le TDAH (trouble déficit de l’attention hyperactivité) s’explique par un un retard de maturation du cerveau: l’imagerie relève une sous-activation du lobe préfrontal (responsable de la planification et de l’inhibition) et du circuit de la motivation et de la récompense. Le résultat est une grande impulsivité, de troubles de la mémoire de travail, l’incapacité à différer la récompense d’une action: on ne vit que dans l’instant présent.

Les médicaments augmentent l’afflux de noradrénaline et de dopamine dans le cortex et stimulent ainsi la concentration et la motivation. Aux Etats-Unis la tendance à diagnostiquer et prescrire vite a des raisons culturelles (les bons bulletins donnent accès aux bonnes écoles) et économiques (les assurances médicales ne remboursent que les «dossiers en bonne et due forme »).

La Haute Autorité de la Santé française préconise le traitement pharmacologique en dernier recours après avoir essayé les thérapies comportementales, la remédiation cognitive etc.

Le diagnostic requiert un bilan complet: des tests de l’attention auditive et visuelle (divisée sélective, soutenue), des tests des fonctions exécutives (planification, organisation…), des tests qui relèvent d’autres troubles des apprentissages (dyslexie, dyspraxie…) et una analyse du contexte familial, scolaire, amical du sujet.

 

Source Le Monde