Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Les Echos : La dépression se joue-t-elle aussi dans notre assiette ?

Les Echos : La dépression se joue-t-elle aussi dans notre assiette ?

le 11 février 2019

L'alimentation serait-elle un facteur clef dans la lutte contre la dépression, cette maladie mentale étroitement liée à notre système immunitaire et à notre microbiote intestinal ? A la lumière des découvertes récentes sur le « deuxième cerveau », cette piste est de plus en plus étudiée. Et étayée.

A l'heure où le nouveau roman de Michel Houellebecq, « Sérotonine », inonde les devantures des librairies, une nouvelle étude sur la dépression, qui ne bénéficiera sans doute pas de la même couverture médiatique, doit prochainement paraître dans « La Presse médicale ». Réalisée par une équipe de chercheurs de l'université Aix-Marseille, elle montre que le taux de dépressions en France est passé de 6 % dans les années 2000 à 8 % dans les années 2010.

« Une augmentation de deux points en dix ans ne peut pas être le fait du hasard » , commente l'un des scientifiques impliqués, Guillaume Fond, psychiatre et médecin de santé publique à l'hôpital marseillais de la Conception. En ligne de mire : tous les facteurs dépressogènes que recèlent notre environnement et notre mode de vie. Le stress, bien sûr, mais pas seulement, avertit le chercheur. La mauvaise qualité de notre alimentation jouerait aussi un rôle de premier plan dans cette inexorable montée des troubles dépressifs. Et cette même alimentation pourrait, si elle était mieux choisie, se révéler au contraire une puissante alliée dans la lutte contre cette maladie, en complément des traitements classiques par antidépresseurs.

Lire la suite sur Les Echos