Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Libération : Ces migrants pris dans une jungle mentale

Libération : Ces migrants pris dans une jungle mentale

le 21 juin 2018

A Grande-Synthe, Médecins du monde mène un programme dédié aux troubles psychiques des exilés, tel le stress post-traumatique, qui les handicapent dans leur parcours d’intégration.

Etendus sur l’herbe, des garçons lézardent au soleil. Autour d’eux, des hommes et une poignée de familles discutent, pêchent dans le lac, fument des cigarettes. C’est une journée habituelle, entre attente et survie, à la réserve naturelle du Puythouck de Grande-Synthe, qui borde la voie rapide et un bois, où quelques centaines de migrants vivotent avant de réussir à passer en Angleterre. Sur le parking, les associations humanitaires s’activent en un ballet bien réglé : ici, une organisation britannique distribue des vêtements, là, un camion permet aux migrants de recharger leur téléphone portable, seul lien avec leurs proches. Plus tard dans l’après-midi, d’autres viendront distribuer des repas. Dans un coin, l’équipe de Médecins du monde (MDM) a installé sa clinique mobile et monté des tables où sont disposés des jeux de société, des crayons, et des livres. Sarad, un Kurde de 27 ans venu de Kirkouk (Irak), a pris place sous l’auvent : «J’étais venu pour me faire soigner la main, mais je suis resté jouer. La vie est dure ici, il n’y a nulle part où se rassembler, on se sent seul.» 

Lire la suite sur Libération