Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Neuromedia : Les somnifères augmentent le risque de chutes et de fractures

Neuromedia : Les somnifères augmentent le risque de chutes et de fractures

le 31 mai 2017

[Neuromedia] Une nouvelle recherche suggère que le risque de fractures de la hanche augmente peu de temps après qu’une personne âgée a pris un somnifère. Les chutes et les fractures de la hanche peuvent être invalidantes, voire mortelles pour les personnes âgées.

Plus précisément, les personnes âgées courent un plus grand risque de fractures de la hanche pendant deux semaines après avoir commencé à prendre des somnifères sur ordonnance. Ces pilules incluent les benzodiazépines telles que le Valium ou l’Ativan, ou bien les plus récents tels que Ambien, Sonata ou Lunesta.

Bien que ces derniers soient souvent prescrits pour aider les personnes à dormir, «il n’y a aucune preuve qu’ils constituent une alternative plus sûre que les benzodiazépines » a déclaré l’auteur principal de l’étude, le Dr Ben Carter, de l’École de médecine de l’Université de Cardiff au Royaume-Uni.

Selon un expert, le lien entre fracture de la hanche et l’utilisation de Valium, Ativan et autres somnifères de type benzodiazépines est apparu dès les années 1970.

Dans cette nouvelle recherche, l’équipe de Carter a examiné les données de 18 études sur les somnifères et le risque de fracture de la hanche, avec des populations allant de 500 à plus de 900 000 personnes. Les participants étaient âgés de plus de 65 ans.

L’examen a révélé que les nouveaux utilisateurs de somnifères – qui sont associés à de la somnolence diurne, à un temps de réaction retardé et à un déséquilibre – ont eu un taux de fracture de près de 2,5 fois plus élevé que ceux qui ne prenaient pas ces médicaments.

Selon l’étude, les personnes qui ont utilisé les médicaments pendant 15 à 30 jours ont eu une augmentation de 53% de leur risque de fracture de la hanche.

Le risque était de 20% chez celles qui prenaient les médicaments pendant plus de 30 jours, par rapport aux personnes qui ne prenaient pas ces médicaments.

Source  Neuromedia