Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Numerama : La Ligue du LOL racontée par ses victimes : "Ruiner des carrières et des vies, c’était leur quotidien"

Numerama : La Ligue du LOL racontée par ses victimes : "Ruiner des carrières et des vies, c’était leur quotidien"

le 12 février 2019

[Enquête Numerama] Pendant des années, un groupe d’hommes surnommé « La ligue du LOL » a harcelé des internautes sur Twitter. Insultes sexistes, homophobes, racistes, photomontages et usurpation d’identité : de nombreux faits et témoignages ont récemment refait surface, dont certains que nous révélons ici.

En juin 2009, le journaliste Vincent Glad publie un article sur le site Slate.fr.  Intitulé Comment devenir une star de Twitter , il montre en quelques paragraphes la manière dont le réseau social est perçu par ce journaliste web montant, trois ans avant qu’il ne rejoigne le Grand Journal et connaisse une renommée beaucoup plus grande.

« Si l’ère des blogs avait occasionné quelques jolis ‘clashs’, il faut bien avouer que Twitter est vraiment le réseau idéal pour cela. En 140 signes, les insultes et les coups bas partent très vite devant les yeux incrédules de toute la communauté qui s’amuse à ‘retwitter’ les meilleures saillies   », écrit-il alors.

Dix ans plus tard, Vincent Glad a été suspendu de ses activités de pigiste à Libération et par le site Brain Magazine, après avoir annoncé avoir créé et fait partie  de la Ligue du LOL , un groupe Facebook qui rassemblait une trentaine de journalistes, communicants, blogueurs, et qui a harcelé en ligne de nombreux internautes francophones. Dans un article très partagé du 8 février 2019, Libération a mis au jour quelques noms des membres de ce groupe, aujourd’hui trentenaires, très majoritairement des hommes , laissant transparaître un fort sentiment d’impunité et une escalade de la violence par effet de « masse ».

Lire la suite sur Numerama