Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Psychomédia : Anxiété liée à la santé, une nouvelle psychothérapie semble efficace

Psychomédia : Anxiété liée à la santé, une nouvelle psychothérapie semble efficace

le 21 septembre 2017

Une forme spécifique de psychothérapie aide à surmonter l'anxiété liée à la santé, selon une étude financée et publiée par le National Institute for Health Research (NIHR) gouvernemental britannique dans la revue Health Technology Assessment.  L'anxiété portant sur la santé a récemment été reconnue comme une affection distincte, étroitement liée, mais non identique au diagnostic antérieur d'hypocondrie.

La plupart des personnes souffrant d'une anxiété liée à la santé sont atteintes d'hypocondrie , mais une proportion de celles atteintes d'hypocondrie n’est pas significativement anxieuse. L'une des raisons pour distinguer l'anxiété liée à la santé des autres formes d'hypocondrie est qu'elle peut se prêter à des interventions psychologiques, en particulier la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), explique le communiqué des chercheurs.

Les personnes souffrant d'anxiété liée à la santé craignent constamment d'avoir une maladie non diagnostiquée. Elles surveillent et vérifient fréquemment leur corps. Elles consultent fréquemment des médecins, d'autres professionnels de la santé et des proches, à la fois pour se rassurer et pour faire des tests afin d'exclure la maladie redoutée.

Il est estimé que jusqu'à une personne sur cinq qui consulte dans les cliniques médicales souffrirait d'une anxiété anormale, qui peut être aggravée par des recherches en ligne sur les symptômes, d'où le terme « cybercondrie ». Seulement une personne sur dix souffrant d'anxiété liée à la santé recevrait un diagnostic.

« L'état de santé est souvent déclenché par un événement, et la combinaison d'une plus grande vulnérabilité personnelle, rehaussée par une sensibilisation accrue du public aux maladies, renforce l'anxiété. Avec la disponibilité immédiate d'Internet, les gens sentent qu'il est de leur responsabilité de veiller à leur santé, ce que les experts de la santé publique encouragent. »

« Le problème est que les symptômes de l'anxiété de santé sont mal interprétés comme étant ceux d'une maladie physique et donc la plupart des patients vont chez un médecin, de soins primaires ou secondaires, pour demander de l'aide dans la recherche d'un diagnostic physique, ignorant ainsi le noyau mental de la condition ».

Le professeur de psychiatrie Peter Tyrer et ses collègues de l'Imperial College London et du King’s College London ont mené cette étude avec 444 personnes souffrant d'une anxiété sévère liée à la santé, recrutées dans cinq hôpitaux généraux. Elles ont été assignées au hasard à recevoir une moyenne de six sessions de 60 minutes de thérapie cognitivo-comportementale spécifiquement adaptée pour l'anxiété de santé (TCC-AS) ou à des soins continus en clinique, leur médecin ayant été informé qu'une anxiété anormale a été reconnue.

L'anxiété liée à la santé était fréquente chez des personnes atteintes de maladies physiques, par exemple des personnes s'étant rétablies d'une crise cardiaque et interprétant des symptômes mineurs comme étant des avertissements d'autres crises et réduisant ainsi toutes leurs activités. Les symptômes incluaient des douleurs thoraciques ou des maux de tête persistant malgré le fait que le médecin assurait qu'il n'y avait pas de cause physique à leur détresse.

La TCC-AS aide les patients à remettre leurs pensées en question et à reconnaître la façon dont leur anxiété est maintenue par la recherche de réassurance et la surveillance excessive de leur corps, ainsi que la vérification des symptômes en ligne. Cette démarche est soutenue par des expériences comportementales pour tester les nouvelles façons de penser.

Après un an, la condition des patients ayant reçu la TCC-AS s'était améliorée, passant de sévère à modérée, comparativement à celle des participants ayant reçu les soins standards. Les symptômes d'anxiété et de dépression s'étaient également améliorés. La différence s'est atténuée avec le temps mais le niveau de sévérité est demeuré modéré après 5 ans.

Source Psychomédia