Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Rue 89 : Syndrome de glissement, ces séniors qui se laissent mourir

Rue 89 : Syndrome de glissement, ces séniors qui se laissent mourir

le 22 novembre 2017

A la suite d'un traumatisme, des personnes âgées se laissent glisser vers la mort.

En médecine, les syndromes racontent des histoires. Leurs noms, quand ils ne sont pas ceux de leurs découvreurs, révèlent souvent des métaphores, des tentatives quasi poétiques de dompter une réalité rarement réjouissante.

Ainsi, quand une personne âgée se laisse mourir après un événement qui l'a bouleversée, on parle en psychiatrie et en gériatrie d’un "syndrome de glissement" dépressif ou réactionnel.

"Les vieux ne bougent plus"

Le concept – franco-français – a été décrit pour la première fois en 1956 par le gériatre Jean Carrié et cerné ensuite par plusieurs médecins, les docteurs Graux et Delomier en tête. Le premier insistant particulièrement sur le caractère "brutal et rapidement évolutif" du syndrome.

Le décès de la personne âgée survenant en général dans les quatre semaines qui suivent l’événement traumatique.

Source Rue 89