Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Sciences et Avenir : Entre polyarthrite et schizophrénie, des gènes en commun

Sciences et Avenir : Entre polyarthrite et schizophrénie, des gènes en commun

le 9 mars 2017

[Sciences et Avenir] Peu de points communs semblaient exister entre la schizophrénie et la polyarthrite rhumatoïde. Pourtant, selon une étude originale, les deux pathologies auraient une origine génétique commune en lien avec un trouble de l'immunité.

A priori peu de points communs semblaient exister entre la schizophrénie et la polyarthrite rhumatoïde, l'une touchant le cerveau, l'autre les os et les articulations. Pourtant, selon une étude originale, les deux pathologies auraient une origine génétique commune en lien avec un trouble de l'immunité. Explications avec un travail de l'université de Pittsburg (Etats-Unis) publié dans la revue Schizophrenia C'est en menant ici l'analyse des variants génétiques impliqués dans ces deux affections que les chercheurs ont trouvé des similitudes évoquant un dysfonctionnement immunitaire commun.

Ils ont d'abord analysé deux vastes bases de données de variants associés à la schizophrénie et à la polyarthrite rhumatoïde. Les scientifiques en ont identifié dix-huit, appelés polymorphismes d'un seul nucléotide (SNPs), tous situés près de huit gènes (HLA-B, TNXB, NOTCH4, HLA-C, HCP5, MICB, PSORS1C1 et C6orf10), dont certains sont fortement associés à l’immunité. L'analyse des protéines qui interagissent avec ces huit gènes a été réalisée avec l'aide d'un modèle de calcul baptisé High-Precision Protein Interaction Prediction et développé par l’équipe de Madhavi Ganapathiraju, professeur agrégé d'informatique biomédicale à l'Université de Pittsburgh School of Medicine, auteur principal de l'étude.

Selon le communiqué de l’université, les scientifiques ont ainsi trouvé plus de 25 voies de signalisation avec des protéines communes à la polyarthrite rhumatoïde et la schizophrénie, certaines étant associées à la fonction du système immunitaire et à l'inflammation. Des pistes à creuser pour mieux comprendre et surtout mieux traiter les malades. En France le nombre de personnes concernées et atteintes de schizophrénie ou de polyarthrite rhumatoïde est respectivement de 600.000 et 200.000.

Consulter le communiqué de l’université

Source Sciences et Avenir