Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Slate : Soigner les grands toxicomanes: les coulisses politiques des «salles de shoot»

Slate : Soigner les grands toxicomanes: les coulisses politiques des «salles de shoot»

le 20 avril 2015

[Slate.fr] L'Assemblée nationale l'a voté en première lecture: les premières expérimentations de «salles de consommation à moindres risques» devraient pouvoir être lancées en France. La droite les dénonce et plaide en faveur des «communautés thérapeutiques». Un terrain d'entente est-il possible?

Médecine et toxicomanie : les temps changent. Dans le cadre de la loi de modernisation du système de santé, l'Assemblée nationale a voté, le 14 avril, en première lecture, une série de dispositions ouvrant la voie aux premières expérimentations des «salles de shoot», cette prise en charge des formes les plus graves de toxicomanie usant de produits illicites.

Les spécialistes français des grandes toxicomanies les attendaient depuis des années. La gauche au pouvoir les promettait, mais se disait piégée. A droite, quelques voix n'y étaient pas opposées tandis que la majorité criait au scandale. Au regard des résultats obtenus dans plusieurs pays étrangers (Suisse, Allemagne, Espagne notamment) l'Institut national de la Santé (Inserm) avait, en 2011, recommandé que des expérimentations soient menées en France. Et lors du quinquennat de Nicolas Sarkozy, plusieurs responsables de droite avaient, sur ce sujet, fait preuve d'un peu banal esprit ouverture. Outre celle, socialiste, de Paris, les municipalités de Bordeaux et de Marseille avaient ainsi dit leur intérêt pour la création de ces «espaces supervisés par des professionnels» permettant «d'assurer un cadre d'usage sécurisé aux usagers de drogues injectables» –et ce dans des conditions d'hygiène évitant les risques infectieux.

Source Slate