Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Télérama : “L’Hécatombe des fous”, 45 000 malades mentaux morts de faim sous le régime de Vichy

Télérama : “L’Hécatombe des fous”, 45 000 malades mentaux morts de faim sous le régime de Vichy

le 9 mai 2018

Des milliers de personnes abandonnées jusqu’à la mort entre les murs des hôpitaux psychiatriques : c’est l’effroyable réalité d’un fait méconnu de la Seconde Guerre mondiale. Dans un documentaire diffusé sur Spicee, Elise Rouard tente d’éclaircir cette zone d’ombre de l’Histoire de France. 

C'est un chapitre de notre histoire que peu de Français connaissent. L’Hécatombe des fous raconte comment quarante-cinq mille personnes atteintes de maladie mentale sont mortes de dénutrition dans les asiles français pendant la Seconde Guerre mondiale. Une réalité passée sous silence, dérangeante.

Ex-rédactrice en chef à LCI, aujourd’hui sur France Info TV, la journaliste Elise Rouard a pris connaissance de cette histoire presque par hasard : « Je pensais tout connaître de la guerre, avoir tout lu, quand je me suis rendue dans une exposition à l’hôpital psychiatrique de Montdevergues (Vaucluse). Là, je suis tombée sur l’agonie de ces malades, dont j’ignorais tout. » Elle y redécouvre le destin de Camille Claudel, internée à Montdevergues depuis 1913, visitée de loin en loin par son frère Paul, et finalement morte en 1943, affamée et seule, comme tant d’autres, dans toute la France. « Un choc »,résume Elise Rouard.

Assez vite, la réalisatrice trouve trace de ces morts aux Archives nationales, mais très peu de photos et aucun film. A la Libération, le sort de ces malades que personne ne voulait voir n’a pas été documenté. Des historiens comme Isabelle von Bueltzingsloewen ou le psychiatre Max Lafont ont fait un travail de mémoire, mais les images manquent cruellement. C’est l’une des faiblesses majeures de ce doc : comment raconter une histoire qui possède si peu d’archives visuelles ? Le film s’en ressent, d’autant qu’Elise Rouard n’a pas spécialement soigné sa construction. Mais son enquête, fouillée, donne à entendre plusieurs témoins en mesure de raconter le quotidien des patients sous l’Occupation.

Lire la suite sur Télérama