Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > The Conversation : Un nouveau biologisme, version 3.0

The Conversation : Un nouveau biologisme, version 3.0

le 13 avril 2018

Le biologique est de retour : sous de multiples formes (gènes, hormones, neurones) il s’impose un peu partout comme variable explicative de nos comportements mais aussi comme mécanisme manipulable à des fins de transformation sociale. 

Cette biologisation du monde et du social affirme une dynamique de progrès et mobilise un discours scientifique et apolitique. Elle s’accompagne, ce faisant, d’une marginalisation des perspectives alternatives où le contexte social, politique ou culturel a un impact conséquent si ce n’est déterminant sur les dynamiques comportementales.

Il est urgent de soulever le voile et d’identifier les enjeux politiques – car la posture apolitique n’est pas tenable – d’un retour du biologique. Derrière le vernis de modernité qui sublime l’argument biologique en produisant sa version 3.0, on reconnaît un vieux débat. La question est celle de l’opposition, souvent radicale, entre inné et acquis, nature et culture. Le biologisme 3.0 saura-t-il échapper aux dérives qui ont entaché son prédécesseur, le biologisme du tournant du XXe siècle ? Pour ceux qui ne l’ont pas oublié le souvenir est amer et douloureux et la question mérite d’être posée.

Lire la suite sur The Conversation