Vous êtes dans : Accueil > Actualités > À lire, à voir, à écouter > Vice : Le bonheur, c'est très surfait

Vice : Le bonheur, c'est très surfait

le 22 mars 2018

"Comment n’en avoir plus rien à faire de rien a fait de moi un jeune homme heureux"

Charles Bukowski écrivait « Comment diable un homme peut-il se réjouir d'être réveillé à 6h30 du matin par une alarme, bondir hors de son lit, avaler sans plaisir une tartine, chier, pisser, se brosser les dents et les cheveux, se débattre dans le trafic pour trouver une place, où essentiellement, il produit du fric pour quelqu'un d'autre, qui en plus lui demande d'être reconnaissant pour cette opportunité ? ». Ce qu’il voulait dire par là, c’est que la vie est passablement merdique pour la plupart d’entre nous.  J’ai accepté cette réalité le jour où l’on m’a proposé une augmentation mensuelle de 35 euros brut. Depuis, je surfe sur un tsunami de résignation face à tout ce que la vie me jette au visage. Ceci étant, je trouve dans ce constat une forme de plénitude - ce qui fait de moi un jeune homme relativement heureux, ou a minima sain d’esprit.

Lire la suite sur Vice