Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Comment agir > Article : Quand les films soignent l’alcoolisme

Article : Quand les films soignent l’alcoolisme

le 9 mars 2016

[La Croix] À Toulouse, un psychiatre utilise des films dans la prise en charge des patients dépendant à l’alcool.

Le docteur Henri Gomez est psychiatre, alcoologue et passionné de cinéma. Et il tient un discours un peu à contre-courant de certains médecins qui dénoncent volontiers l’impact néfaste d’une consommation trop importante ou valorisante d’alcool dans les films. « Plutôt que de diaboliser le produit, il faut s’interroger sur les raisons pour lesquels les gens boivent »,  explique le docteur Gomez qui vient de publier un livre (1) sur l’intérêt du cinéma « comme langage de soin »  en alcoologie.

Les amener à réfléchir sur la dépendance

Ce médecin, qui exerce dans une clinique toulousaine, utilise des films dans la prise en charge de ses patients. Pour les amener à réfléchir sur leur propre histoire face à l’alcool et à la survenue de la dépendance.

« Par exemple, je montre  Un jour sans fin, un film dont le héros se réveille chaque matin pour revivre la même journée à l’identique. Car cela illustre à la perfection le phénomène de répétition et la sensation d’enfermement de la personne alcoolo-dépendante. Et le film montre que c’est en étant vraiment lui-même que le héros va sortir de cet enfermement »,  explique le médecin.

Source La Croix