Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Comment agir > Comment agir : Les inconfiants, 6 mois de résidence artistique dans un hopital psychiatrique

Comment agir : Les inconfiants, 6 mois de résidence artistique dans un hopital psychiatrique

le 11 décembre 2015

[Nuit & Jour] Je peux à la rigueur comprendre, nonobstant, cela ne saurait durer. J’ai accompagné le changement depuis le début, rassuré les équipes, les malades, j’ai été pédagogue. Il faut savoir se renouveler, cesser de s’accrocher à ses petites habitudes, visage crispé, alors que les choses ont été faites pour le mieux. 

Évaluées, pensées, calculées, mises en œuvre. Par les meilleurs gestionnaires et avec tout le savoir-faire du privé. 

N’était mon problème, qui se résoudra vite, j’apprécie ces nouveaux locaux. Rationnels, lignes et carrés, les chambres sécurisées, les couloirs nets, précis. Mettre un peu d’ordre quand tout a vacillé, c’est bien le plus logique. Les infirmières se sont plaintes des nouvelles cours, alors qu’on dit patios, c’est dans la brochure. Je ne vois pas pourquoi, les malades peuvent aller dehors, il y a de l’air, du soleil, des chaises, tout cela, gratuit. 

Alors? J’ai convoqué les plus récalcitrantes, une par une, reçues au salon télé pour ne pas les effrayer (et en attendant que la justice reprenne ses droits), non, ce n’est pas encore l’avertissement, tranquillisez-vous. Je leur ai rappelé le temps des paillasses, était-ce cela qu’elles voulaient, revenir à cinquante malades par salle, qui s’oublient sur eux-mêmes, et qu’on traite aux comas insuliniques? Ne voyaient-elles pas, ces demoiselles, le confort inouï que l’on propose aux malades aujourd’hui? 

Source Nuit & Jour