Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Comment agir > Établissement : À Aubervilliers, la psychiatrie se rapproche de ses patients

Établissement : À Aubervilliers, la psychiatrie se rapproche de ses patients

le 9 février 2017

[Le Parisien] Dans trois ans, l’antenne d’Aubervilliers de l’hôpital psychiatrique de Ville-Evrard doublera sa capacité pour passer à 100 lits d’hospitalisation. Il ne s’agit pas de lits supplémentaires mais plutôt d’une délocalisation des lits de l’établissement historique de Neuilly-sur-Marne.

« Nous voulons accueillir les patients au cœur de la cité, à proximité de leur famille et du réseau de soins car nous obtenons un meilleur résultat en psychiatrie quand nous travaillons in vivo », expliquait ce lundi le Dr Frédéric Slama, responsable du pôle psychiatrique Drancy-Le Bourget, en marge de la cérémonie de pose de la première pierre. Au terme de l’extension, 80 soignants seront aussi du voyage et, en 2019, les trois nouveaux bâtiments créés dans le prolongement du site actuel accueilleront les patients originaires des secteurs de Drancy-Le Bourget et de Bobigny-Pantin.

Jusqu’à présent, ce sont près de 600 patients habitant ces communes qui doivent se faire soigner aux confins du département, à Neuilly-sur-Marne. Pour les proches des patients, le bénéfice de ce projet semble évident. « Actuellement, depuis Drancy, Le Bourget, Bobigny ou Pantin, il faut compter 1 h 30 de transport en commun pour se rendre à Neuilly-sur-Marne », explique Sophie Albert, la directrice générale de Ville-Evrard.

Il faut dire que, faute d’offre privée, Ville-Evrard est le seul interlocuteur pour nombre d’entre-eux. A Pantin, on ne compte aucun psychiatre et, à Bobigny (peuplée de plus de 50000 habitants), il y en a un seul. Institution de référence pour la psychiatrie en Seine-Saint-Denis, Ville-Evrard compte quatre sites d’hospitalisation et quelque 90 adresses (en dénombrant tous les partenaires et les familles d’accueil) dans le département. Avec 30000 patients suivis, il s’agit même d’un des plus gros acteurs français dans le secteur de la santé mentale.

Source Le Parisien