Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Comment agir > Exposition : "Les murs ne parlent pas" de Jean-Robert Dantou sort des clichés sur la folie

Exposition : "Les murs ne parlent pas" de Jean-Robert Dantou sort des clichés sur la folie

le 27 avril 2016

[France Inter] Jean-Robert Dantou utilise la matière photographique comme un champ expérimental pour questionner les représentations de la folie. Plutôt que de saisir une image sur le vif, il opte pour la mise en scène et associe les sujets photographiés à sa démarche réflexive. Contourner les stigmates et sortir du spectaculaire, travailler à la représentation de la souffrance psychique avec des patients, des proches, des soignants, faire naître des images qui font sens à leur yeux.

Né en 1980, Jean-Robert Dantou explore depuis une dizaine d’années les liens entre photographie et sciences sociales et s'est formé à l’école Louis Lumière  ainsi qu' à l’EHESS. Photographe membre de l'Agence Vu', il travaille notamment sur des problématiques liées à la mémoire, à la santé mentale et aux migrations. Au cours des dernières années, il s’est consacré à différents travaux aux Etats-Unis, en Allemagne, en Asie, en France et au Chili. Il a en parallèle animé des ateliers visuels et sonores auprès de primo arrivants du Collège Jean Renoir de Bondy.
Ses travaux ont donné lieu à de nombreuses expositions et à la publication de plusieurs ouvrages, sur la Chine contemporaine ("Ombres Chinoises", ed. Atlantica 2004), le monde coopératif français ("Ceux qui aiment les lundis", ed. Le Chêne 2012) ou encore les petites et moyennes entreprises ("Mon entreprise prend la pose", ed. Democratic Books 2010).
Il partage aujourd’hui son temps entre des commandes institutionnelles (Région Ile de France, Ministère de l’éducation nationale, Agence du Service Civique) et des résidences artistiques (DRAC, ARS, EHESP). En résidence depuis 2012 à l’Ecole normale supérieure, il travaille au sein d’une équipe de recherche interdisciplinaire en sciences sociales.

Pour en savoir plus vous pouvez aussi consulter l'article de Rue89 Bordeaux

Source France Inter