Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Comment agir > Initiative : "HOP", lutter contre l’auto-stigmatisation et les stéréotypes sociétaux

Initiative : "HOP", lutter contre l’auto-stigmatisation et les stéréotypes sociétaux

le 19 novembre 2018

Joanie Pellet, assistante de recherche, nous présente le programme HOP, qu’elle mène depuis mai 2018 avec son équipe, et notamment Caroline Suter, médiatrice de santé pair.

Pouvez-vous vous présenter ?
Infirmière de profession, je travaille actuellement dans le Laboratoire de Recherche Santé Mentale et Psychiatrie (LER SMP), dirigé par le Prof. Jérôme Favrod, à l’Institut et Haute Ecole de la Santé La Source (Lausanne, Suisse). Dans le cadre de mes activités, j’ai récemment terminé un travail de recherche sur l’auto-stigmatisation dans la schizophrénie, qui m’a permis d’obtenir un Master en Sciences Infirmières à l’Université de Lausanne. Dans le cadre du programme HOP, j’ai la chance de collaborer avec Caroline Suter qui est médiatrice de santé pair et qui fait partie de notre équipe de recherche.

Le programme HOP, qu’est-ce que c’est ?
Le programme HOP (Honnête, Ouvert et Prêt ) est une intervention courte qui vise à diminuer l’auto-stigmatisation, en soutenant les personnes concernées dans leur décision de révéler ou non leur maladie psychique et de parler de leur rétablissement. HOP a été développé par Patrick Corrigan, professeur en psychologie à l’Institut de Technologie de l’Illinois et concerné lui-même par la maladie, qui considère que le dévoilement est non seulement une stratégie pour lutter contre l’auto-stigmatisation mais aussi une manière de militer contre les stéréotypes sociétaux. Une des particularités de HOP est que P. Corrigan et son collègue R. Lundin (médiateur de santé pair) se sont entourés de personnes avec des troubles psychiques pour valider la pertinence et l’utilité du programme, et nous souhaitons faire de même pour l’adaptation de HOP pour le contexte francophone.

Lire la suite sur Handirect