Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Comment agir > Inspirez-vous : La cafétéria Pep-Psy donne de l'envie aux patients

Inspirez-vous : La cafétéria Pep-Psy donne de l'envie aux patients

le 27 octobre 2016

[La Nouvelle République] Le cœur qui fait vivre la cafétéria de psychiatrie est associatif. Si les locaux et les salaires des infirmiers sont assurés par le centre hospitalier, c'est Pep-Psy qui, depuis 16 ans, donne l'élan et rythme les activités du centre social intersectoriel, le CSIS, où elle se situe.

La cafét psy pour s'animer, s'appuie sur la structure à vocation sociale présidée par Myriam Diaz. « L'association depuis l'an 2000 assure le côté financier de la cafétéria. » Sans l'asso, il serait impossible de vendre un café ou un jus d'orange aux patients, même aux prix dérisoires pratiqués sur place.

Pep-Psy, comme son nom le laisse supposer, s'efforce avant tout de redonner le goût de bouger aux malades, de participer à des animations organisées dans les lieux, mais aussi de sortir de l'hôpital : « Nous vendons notamment des tickets de bus, des places de cinéma, des entrées aux spectacles du Moulin du Roc ou à la piscine. Pour en bénéficier, il faut être adhérent, moyennant une cotisation de 2 €.  » Un véritable accompagnement est proposé à ceux qui sont autorisés à quitter le cadre un peu fermé de l'hosto. Y compris financier, puisque Pep-Psy peut leur accorder des prêts personnalisés.

Sur place, le quotidien est aussi rythmé de jeux, de chants, de collaborations avec la chorale ou la troupe de théâtre Visart, de travaux en communs avec le Groupe d'entraide mutuelle. Toujours avec la volonté de faciliter l'expression et de rompre l'isolement. « Avec surtout l'idée de coller aux désirs des patients. » Certains d'entre eux ont une âme d'artiste. Le CSIS devient alors le cadre d'expositions régulières ouvertes à tout public, sous l'égide de la commission culture de l'hôpital : « Chaque fois, nous achetons un des tableaux. » De quoi égayer encore un peu les murs de la cafét'.

Après l'édition d'un journal trimestriel, Pep-Pys mag, une web-radio devrait bientôt voir le jour. Toujours dans l'idée de libérer la parole. La convivialité, est aussi au menu ici. « Nous organisons des restos tous les deux mois. Pour le repas sur le thème du Portugal, il y avait du fado pour créer l'ambiance. Le menu est à 3 €. C'est vraiment comme au resto. L'an dernier nous avons proposé un goûter oriental, plein de saveurs. Ces animations permettent de découvrir d'autres cultures, c'est une ouverture sur d'autres univers. »

Source La Nouvelle République