Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Comment agir > Outil : Le CRMSM, un portail en santé mentale multilingue

Outil : Le CRMSM, un portail en santé mentale multilingue

le 10 février 2017

[Radio Canada] L'Institut neurologique de Montréal s'attaque à une problématique fort complexe en lançant un portail en santé mentale multilingue qui s'adresse tant aux communautés culturelles qu'aux praticiens du domaine.

« Dès ma première psychose, ma crise, j'ai eu le mauvais réflexe de chercher celui qui m'aurait lancé un mauvais sort », a confié mercredi en conférence de presse à Montréal Michel Mpambara.

L'humoriste, qui est porte-parole de la campagne « Bell cause pour la cause », souffre de trouble bipolaire. Il a raconté sa propre expérience d'immigrant originaire du Burundi aux prises avec une maladie mentale.

« Au lieu de consulter un spécialiste dans le domaine, j'ai plutôt téléphoné au village pour consulter le sorcier de famille. Ça m'a coûté bien plus cher que le psychiatre! »

« Il y a un immigrant qui pensait que [d'être bipolaire], c'était un métier. Il m'a demandé combien je gagnais par année, dans quoi j'avais étudié pour devenir bipolaire », a-t-il ajouté en riant.

La présence de l'humoriste n'était pas le fruit du hasard. La conférence de presse avait été convoquée pour annoncer que l'initiative a reçu un coup de pouce de taille, soit un octroi de 250 00  $ de la campagne « Bell cause pour la cause » pour soutenir le développement de ce projet.

Le portail web, appelé le Centre de ressources multiculturelles en santé mentale (CRMSM), offre des services en cinq langues, dont l'arabe et le mandarin, mais compte étendre l'effort à une centaine de langues.

Un réel problème pour les professionnels de la santé

Au-delà de l'anecdotique, le problème peut s'avérer complexe pour les professionnels de la santé.

La présidente de l'Ordre des psychologues du Québec, Christine Grou, a noté jusqu'à quel point il est facile de se faire déjouer par des biais culturels.

« J'ai déjà fait une évaluation d'une dame dont je croyais qu'elle avait un délire paranoïde. Elle était méfiante par rapport à plein de monde et j'avais l'impression que c'était délirant, mais j'ai fini par apprendre qu'elle avait une croyance religieuse et une culture qui justifiait son état. Ce n'était pas du délire », a-t-elle raconté.

Certaines cultures ont également des interdits et des tabous sociaux qui peuvent être trompeurs, a précisé la Dre Grou.

« Par exemple, l'évitement du contact visuel en santé mentale, c'est un symptôme – pas le seul, mais un symptôme quand même – qu'on retrouve par exemple chez les troubles de la lignée psychotique ou encore les troubles de la lignée autistique. Mais il y a des cultures, en Asie notamment, où le fait de regarder dans les yeux quelqu'un qui est en position d'autorité, c'est impoli. »

Le CRMSM fournit notamment aux personnes issues des communautés culturelles, immigrantes ou réfugiées une foule de renseignements, notamment sur les ressources disponibles et la manière d'y accéder et toutes sortes de références et points de repère aux professionnels de la santé mentale qui sont appelés à intervenir auprès de cette clientèle.

Puisqu'il s'agit d'une ressource en ligne, elle sera utile à l'échelle canadienne et il ne faudrait pas se surprendre d'y voir naviguer des personnes intéressées de l'extérieur du pays.

Consulter le portail du CRMSM

Source Radio Canada