Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Comment agir > Santé Mentale : Les Timorés, une troupe de théâtre pas si timide que ça…

Santé Mentale : Les Timorés, une troupe de théâtre pas si timide que ça…

le 30 juin 2017

[Santé Mentale] Au fil des représentations, les acteurs de l’atelier théâtre « les Timorés » retrouvent confiance en eux et dans les autres.

L’atelier théâtre « Les Timorés » a été créé en 2003 au Foyer postcure du Colombier (Besançon). Cette structure extra-hospitalière du CH de Novillars accueille des personnes souffrant de troubles psychiques et propose une alternative à l’hospitalisation conventionnelle. Les soins visent la réhabilitation psychosociale, en favorisant créativité et ouverture.

Dans ce contexte, cette activité réunit 10 à 15 patients et 4 soignants, 2 heures par semaine dans une maison de quartier, et en répétitions intensives avant les spectacles. Pour aboutir à un travail de qualité, trois professionnels (une metteure en scène, une musicienne et un chorégraphe) assurent la direction artistique. Plusieurs représentations sont données chaque année.

Le théâtre permet aux patients de se mettre en mouvement, d’ouvrir un espace d’accueil de leur désir, de tenir un rôle, d’être reconnu, valorisé, encouragé. Préparer et mettre en scène des spectacles leur donne aussi l’occasion de s’inscrire dans le réel et la vie de la cité. Jouant sur la même « scène », soignants et patients se rapprochent, fabriquent du même, créent un groupe.

« Rire c’est facile, mais porter le message de l’auteur, c’est une responsabilité. Il faut le défendre, comme dans la vie », explique un patient. De fait, être les uns avec les autres, respecter le rythme… fait de cette pratique un dispositif structurant et contenant, une inscription dans le temps, une continuité… Plus individuellement, le théâtre révèle des talents, qui permettent de se dépasser ou de sortir momentanément du statut de « malade ».

D’autres patients et soignants interviennent en périphérie et assument un « rôle » à leur mesure (décors, affiches, communication, souffleur, accueil…).

Enfin, les représentations modifient le regard des familles et des spectateurs en général. « On donne aux spectateurs, et ils nous rendent le bien-être qu’on leur apporte ». Le jeu comme un tremplin vers soi et vers autrui…

Source Santé Mentale