Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé > Article : Dépression, quand le jeu vidéo devient thérapeutique

Article : Dépression, quand le jeu vidéo devient thérapeutique

le 24 août 2016

[Gentside] Longtemps bouc émissaire de tous les maux psychologiques des jeunes enfants, le jeu vidéo retrouve la cote… pour ses propriétés thérapeutiques. Il semblerait en effet qu'il aide à soigner certains maux tels que la dépression.

Les jeux vidéo reçoivent en permanence la fronde des psychothérapeutes : depuis leur apparition, on brandit leur nocivité, on relève sans cesse le caractère "addictif" et "aliénant" en les rendant même parfois responsables de comportements "agressifs" voire "violents" chez les enfants. Mais tous les spécialistes ne partagent pas cet avis : à contre courant, certains vont jusqu’à promouvoir leur vertu thérapeutique contre certaines affections psychologiques. Dernièrement, un jeu vidéo a ainsi été conçu par des médecins néo-zélandais. Objectif : agir contre la dépression.

Baptisé Sparx, il ressemble à un classique jeu vidéo dans lequel le joueur invente un avatar à sa convenance avant de se confronter à diverses épreuves. Mais la finalité est originale : le personnage en question doit non pas vaincre l’ultime monstre mais parvenir à la guérison. En identifiant les symptômes de la dépression, l’avatar doit également pouvoir contrôler sa colère, faire disparaître ses idées noires et rester optimiste pour gagner la partie. Cette identification virtuelle destinée à guérir la dépression est une grande première dans la lutte contre cette maladie qui affecte un jeune sur quatre.

Et l’entreprise paraît fructueuse au vu des résultats obtenus au cours d’une étude auprès de 187 dépressifs âgés de 12 à 19 ans. La moitié des sujets ont suivi une thérapie de 5 semaines avec un psychologue, tandis que les autres se sont plongés dans Sparx durant 4 à 7 semaines. Les résultats se sont alors avérés surprenants : 44% des sujets ayant utilisé le jeu vidéo ont vaincu leur dépression alors que 26% y sont parvenus dans l’autre groupe. Une piste prometteuse en somme.

Source Gentside