Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé > Article : L'internet-dépendance, un indicateur de troubles psychiques ?

Article : L'internet-dépendance, un indicateur de troubles psychiques ?

le 29 septembre 2016

[SputnikNews] Des chercheurs canadiens ont découvert que les individus dépendants d'internet étaient souvent atteints de troubles psychiques.Les sujets identifiés pouvaient être "dépressifs, impulsifs et distraits" selon les chercheurs de l'université McMaster (Canada).  

33 des 254 étudiants ayant suivi un test de dépendance à l'internet ont été diagnostiqués avec une dépendance envers les réseaux sociaux et les sites d'hébergement. 107 autres sujets testés ont montré un penchant pour une telle dépendance.

En évaluant la santé psychique des participants à l'étude, les scientifiques ont noté que ceux qui passaient trop de temps sur internet étaient plus enclins à la dépression, étaient très anxieux et impulsifs. De plus, ils étaient souvent distraits, avaient du mal à planifier leur emploi du temps et mener des occupations quotidiennes.
Bien qu'il soit trop tôt pour établir une corrélation entre la dépendance de l'internet et les problèmes identifiés, les chercheurs se sont intéressés à ces coïncidences et ont décidé de poursuivre leurs recherches à ce sujet. Des scientifiques de l'université de Swansea et de l'université de Milan avaient déjà conclu que la dépendance à l'internet diminuait l'immunité. Par exemple, ceux qui passent beaucoup de temps devant un moniteur s'enrhument plus souvent.En 2012 déjà, des chercheurs chinois avaient conclu que la dépendance à l'internet détruisait le cerveau autant que l'alcool et les drogues. Les spécialistes ont analysé le fonctionnement du cerveau de 35 sujets âgés entre 14 et 21 ans. Tous les accrocs à l'internet (pratiquement la moitié des sujets) ont été diagnostiqués avec une destruction des tissus nerveux reliant les zones du cerveau responsables des émotions, de la prise de décisions et d'autocontrôle. Les scientifiques soulignent qu'un effet similaire est constaté chez les individus souffrant d'une addiction aux jeux vidéo.

Source SputnikNews