Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé > Article : Professionnels de santé et malades chroniques, vers un décalage numérique ?

Article : Professionnels de santé et malades chroniques, vers un décalage numérique ?

le 6 juillet 2015

[L'atelier] Malgré un taux d'équipement relativement élevé du côté des patients mais aussi des médecins, les applications médicales rencontrent aujourd'hui plus de succès auprès des malades que des professionnels de la santé.

Alors que les applications médicales sont en pleine explosion et seront un domaine clé de l'e-santé en 2015, quel est le réel usage qu'en font les patients atteints de maladies chroniques ? C'est l'interrogation soulevée par l'étude « Santé mobile et connectée : usages, attitudes et attentes des malades chroniques », réalisée par l'association Lab E-santé en février et mars 2015.

L'enquête , réalisée auprès de 2 226 malades chroniques, recensait des malades atteints de toutes sortes de pathologies, qu'il s'agisse de diabète (24 %), d'hypertension (8 %) ou encore de dérèglement thyroïdien (8 %). Des malades chroniques équipés en matériel puisque 71 % possèdent un smartphone et/ou une tablette, (27 % smartphone, 12 % tablette, 31,8 % les deux), un taux fortement élevé mais qui pourtant ne favorise pas le téléchargement d'applications puisque seulement 1 malade sur 5 a déjà effectué ce type d'opération. Un engouement somme toute assez faible qui s'explique par le fait que les malades ne sont pas familiers avec le concept d'application à 31 %, une inconnue qui traduit un déficit de pédagogie. 25 % des malades n'en voient purement et simplement pas l'utilité. Alors comment convaincre les patients de l'intérêt des applications mobiles ? Parmi ceux qui n'ont jamais téléchargé une application, 52 % seraient prêts à changer d'avis si leur médecin le leur conseillait ou si une personne touchée par la même maladie leur recommandait (24 %). Malgré ces chiffres, 27 % ne s'estiment pas prêts à télécharger de tels outils.

Source L'atelier