Vous êtes dans : Accueil > Actualités > E-Santé > Article : Santé mentale, l'intelligence artificielle à la rescousse

Article : Santé mentale, l'intelligence artificielle à la rescousse

le 3 décembre 2015

[La Presse] Mal-être généralisé, difficultés familiales, soucis financiers, épuisement... Lorsque plus rien ne va, comment joindre ceux qui ne veulent pas se confier ? Et au besoin, comment les amener à consulter un professionnel ? Des entrepreneurs québécois se sont posé les mêmes questions. Leur réponse : l'intelligence artificielle. Bienvenue dans l'univers d'ISA, l'interface qui vous veut du bien.

Cette semaine, des entrepreneurs québécois lancent Epsylio, une interface d'intelligence artificielle à l'oeuvre dans un domaine plus que délicat :  la santé mentale.

D'abord destiné aux entreprises, Epsylio s'ajoute aux outils qu'offrent certains programmes d'aide aux employés. Son objectif est de joindre ceux qui n'oseraient pas décrocher le téléphone et demander de l'aide.

La Presse+ a pu tester en exclusivité la plateforme web. Devant l'écran, on entre dans un environnement épuré, et au bout de quelques minutes, on entame une discussion confidentielle avec ISA.

ISA, c'est le « noyau d'intelligence artificielle » du système. Il est personnifié par une douce voix féminine qui s'informe d'abord de notre état d'esprit et de l'ampleur de notre détresse.

Qu'est-ce qui nous préoccupe ? Quelles sont les manifestations observables de cette inquiétude ? A-t-on un réseau pour nous soutenir ? Pour chaque question, l'ordinateur présente une série de réponses possibles. L'utilisateur en sélectionne une, et avec le temps, l'interface s'adapte : ses interventions deviennent de plus en plus personnalisées.

« Les interventions sont graduelles, explique d'abord Louis-Raphaël Tremblay, président d'Ellipse Synergie, l'entreprise créatrice d'Epsylio. L'interface s'assure d'abord qu'il existe des facteurs de protection autour de l'utilisateur. Ensuite, en fonction de l'évolution de la problématique, on va tomber plus ou moins rapidement sur les bonnes ressources à joindre. »

Source La Presse