Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Nul n'est censé ignorer > Haute autorité de santé : 29 propositions pour que le numérique en santé remplisse ses promesses

Haute autorité de santé : 29 propositions pour que le numérique en santé remplisse ses promesses

le 24 juin 2019

La révolution numérique est largement engagée dans le champ de la santé, et s’esquisse dans le champ social et médico-social : accès facilité aux soins et aux accompagnements, mobilisation des données, amélioration des pratiques professionnelles et des parcours, recours à l’intelligence artificielle. 

Autant de promesses qui imposent d’agir dès à présent pour que le numérique apporte des solutions utiles et efficaces. Dans un rapport prospectif qu’elle publie ce jour, la HAS développe 29 propositions pour une mobilisation de tous : usagers, professionnels, industriels et Etat.

Depuis 2017, la HAS s’est vue confier la mission de remettre chaque année au Parlement un rapport d’analyse prospective avec des propositions d’amélioration de la qualité, de l’efficacité et de l’efficience du système de santé. Elle a cette année centré son rapport et ses propositions sur les conditions qui permettraient d’inscrire la révolution numérique dans une dynamique vertueuse d’amélioration du système de santé et d’accompagnement social. En d’autres termes, quelles sont les conditions de déploiement du numérique en santé pour que celui-ci tienne ses promesses, notamment en matière d’équité d’accès aux soins et aux accompagnements, d’amélioration de la qualité (et de fluidité) des parcours, et de meilleure régulation du système. Cela nécessite une attention et une mobilisation de tous. La HAS formule 29 propositions organisées autour de 4 grandes priorités : faire du numérique une opportunité d’inclusion et d’engagement des usagers ; mais aussi un instrument de la mobilisation des professionnels dans un objectif de qualité et de sécurité des pratiques et des parcours ; engager les acteurs dans une évaluation des outils adaptée qui permette à tous de faire les bons choix et renforce la confiance dans le numérique ; et enfin définir des principes généraux pour garantir un bon usage des données et de l’intelligence artificielle.

Lire la suite sur le site de la Haute autorité de santé (HAS)