Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Nul n'est censé ignorer > Les psychiatres en milieu pénitentiaire veulent participer à l'évaluation des premières UHSA

Les psychiatres en milieu pénitentiaire veulent participer à l'évaluation des premières UHSA

le 29 mars 2017

L'Association des secteurs de psychiatrie en milieu pénitentiaire (ASPMP) a adressé fin février un courrier au ministère des Affaires sociales et de la Santé afin d'être associée à l'évaluation de la première tranche du programme des unités hospitalières spécialement aménagées (UHSA), a informé le 17 mars le Dr Michel David, président de l'association.

La première vague de ce programme de construction est en effet en train d’être finalisée avec l’ouverture de l’UHSA de Marseille (Bouches-du-Rhône) prévue pour le mois de septembre 2017.
Les représentants de la DGOS et de la Direction de l'administration pénitentiaire (DAP) ont annoncé une évaluation du fonctionnement des UHSA au cours de l’année 2016, rappelle le président de l'association. Il souligne que les "professionnels de terrain " que sont les membres de l'ASPMP doivent être associés à ces travaux, comme l'association "l'a demandé à plusieurs reprises ". Cette évaluation "devait permettre d’apporter des éléments éclairants pour préparer la mise en œuvre de la deuxième tranche " de construction d'unités. Or l’ASPMP n’a pas à ce jour été sollicitée pour des réunions sur ce sujet. Elle demande donc au ministère des précisions sur les travaux en cours, qui doivent permettre le recueil d’informations sur les points forts et les points à améliorer dans le fonctionnement de ces structures, et sous quelle forme l’ASPMP sera associée à ce travail de "coordination nationale ".
La première tranche du programme a prévu la construction de neuf unités implantées sur des établissements hospitaliers permettant d'assurer une prise en charge psychiatrique des personnes détenues. Huit unités sont déjà ouvertes à Bron (Rhône), Toulouse (Haute-Garonne), Nancy (Lorraine), Villejuif (Val-de-Marne), Fleury-Les-Aubray (Loiret), Rennes (Ille-et-Vilaine), Seclin (Nord) et Cadillac (Gironde). Celle de Marseille ouvrira dans les prochains mois. Sollicitée par Hospimedia ce 17 mars pour apporter des précisions sur ces travaux d'évaluation, censés permettre de lancer à terme la seconde phase du programme, la DGOS n'a pas donné suite à l'heure où nous publions.

Source Hospimédia