Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Nul n'est censé ignorer > WPA : Un tiers des États membres de l'ONU ne reconnaissent pas aux personnes souffrant de maladie mentale le droit de voter ou de se marier

WPA : Un tiers des États membres de l'ONU ne reconnaissent pas aux personnes souffrant de maladie mentale le droit de voter ou de se marier

le 15 septembre 2016

[Le Lézard] À l'occasion de la Journée mondiale « Mind Matters » 2016, une étude des lois et politiques en place dans 193 États membres de l'Organisation des Nations Unies (ONU) menée à l'échelon mondial et financée par l'Association mondiale de psychiatrie (World Psychiatric Association - WPA) met en évidence le degré de discrimination dont sont victimes les personnes souffrant de maladie mentale en matière d'emploi, de droits de vote, de mariage et de passation de contrats.

Les conclusions de l'étude, reprises dans le rapport « Social Justice for People with Mental Illness » publié par l'International  Review  of Psychiatry , montrent que :

Ces conclusions ont conduit la WPA à formuler une Déclaration des droits des personnes souffrant de maladie mentale qui exhorte l'ENSEMBLE des États à veiller à ce que les personnes souffrant de problèmes de santé mentale, de maladie mentale ou de troubles mentaux ne fassent pas l'objet de discriminations fondées sur leur état de santé mentale, soient traitées comme des citoyens à part entière et bénéficient à ce titre des mêmes droits que les autres. Cette Déclaration des droits est soutenue par 18 organisations.

« Il est important que les praticiens du monde entier travaillent avec les patients, leurs familles et aidants, de même qu'avec les organisations compétentes qui les représentent pour lutter contre les discriminations, changer les lois et veiller à ce que celles-ci s'appliquent équitablement. Rien ne saurait tout simplement justifier les discriminations dont continuent d'être victimes les personnes atteintes de maladie mentale, leurs familles et les personnes qui les accompagnent à titre professionnel ou non », a déclaré Dinesh Bhugra, président de l'Association mondiale de psychiatrie.

Consulter le rapport (en anglais)

Source Le Lézard