Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Paroles de... > Article : Delphine de Vigan parle schizophrénie et écriture

Article : Delphine de Vigan parle schizophrénie et écriture

le 4 septembre 2015

[Tribune de Genève] Après l’énorme succès «Rien ne s’oppose à la nuit», l'auteure accouche d'un nouveau livre fort.

Lorsque parut «Rien ne s’oppose à la nuit», à l’automne 2011, ce fut un cataclysme dans le monde de l’édition. Delphine de Vigan y racontait son enfance auprès d’une mère maniaco-dépressive, qui s’était suicidée peu de temps auparavant. Un ouvrage bouleversant, magnifique, qui rencontra des centaines de milliers de lecteurs, et la laissa à la fois exsangue et heureuse. «Ce fut un tourbillon invraisemblable», se souvient-elle.

«Ce roman très personnel, émotionnel, provoquait un effet miroir avec les lecteurs que je n’avais pas du tout imaginé. Je me suis réjouie du succès, et en même temps ce ne fut pas simple. J’étais tiraillée entre le bonheur et le sentiment qu’il reposait sur un malentendu. Ce fut compliqué pour ma famille. Et je me sentais frustrée également par toutes ces brèves rencontres avec les gens, qui me laissaient un goût d’inachevé.»

Source Tribune de Genève