Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Paroles de... > BD : J’ai frappé à la porte de la schizophrénie

BD : J’ai frappé à la porte de la schizophrénie

le 27 août 2015

[L'Avventura] Le mot schizophrénie, du grec skhizein – scission – et phren – esprit – a été proposé par Eugen Bleuler en 1911 pour définir une pathologie précédemment classée comme "démence précoce".

La schizophrénie se caractérise par une expression clinique hétérogène, ses "quatre piliers" (les symptômes les plus classiques) sont : le délire, les hallucinations, le retrait social, la désorganisation de la pensée. De nombreuses études attestent que le comportement social serait perturbé aussi par la difficulté à comprendre les expressions et les états mentaux d’autrui, des mauvaises activations neurologiques en seraient responsables.

Ces symptômes sont souvent associés à des déficits neurocognitifs (notamment des troubles de l’attention et de la mémoire).

L’association de deux ou plusieurs symptômes et leur persistance au-delà de six mois permettent généralement d’établir un diagnostic sur des sujets qui ne présentent pas d’autres maladies (endocriniennes, neurodégénératives, etc.).

Le cadre familial n’est qu’un des éléments environnementaux qui peuvent intervenir dans l’évolution de la pathologie. La situation présentée dans ce récit n’est pas paradigmatique.

Source L'Avventura