Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Paroles de... > Communiqué : L’Unafam attend des actions concrètes après le discours d'Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé

Communiqué : L’Unafam attend des actions concrètes après le discours d'Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé

le 5 février 2018

La ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn a présenté, le 26 janvier,un plan de 12 mesures d’urgence en faveur de la psychiatrie. L’Unafam (Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques) ne peut que se satisfaire de l’implication de Madame Buzyn pour la psychiatrie. L’association attend maintenant des actions concrètes.

La ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn a présenté, le 26 janvier,un plan de 12 mesures d’urgence en faveur de la psychiatrie. L’Unafam (Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques) ne peut que se satisfaire de l’implication de Madame Buzyn pour la psychiatrie. L’association attend maintenant des actions concrètes.

Le plan proposé par la ministre des Solidarités et de la Santé répond à nombre des préoccupations des familles dont un proche vit avec des troubles psychiques sévères et persistants. 
La déstigmatisation, la prévention et le repérage précoce des troubles pour éviter, voire limiter le handicap psychique, la formation des médecins généralistes pour une prise en charge conjointe du somatique, du psychique et des addictions, font partie des demandes prioritaires de l’Unafam. 
Ces orientations, comme la progression des recherches sur l’étiopathogénie des maladies, sur les traitements individualisés, pourraient apporter des réponses qui s’inscrivent sur le moyen, voire le long terme.

Mais les familles, notre association, se préoccupent tout autant de ceux qui vivent aujourd’hui avec ces troubles sévères. L’Unafam ne veut pas que les soins et les accompagnements qui leur sont proposés ne tiennent pas compte des données de preuve internationales quant à la prise en charge des maladies psychiques, ce qui constituerait pour eux une réelle perte de chance.

Lire la suite sur communiqué sur le site de l'UNAFAM