Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Paroles de... > Histoire : L'internement forcé de Camille Claudel

Histoire : L'internement forcé de Camille Claudel

le 3 décembre 2018

En mars 1913, la sculptrice Camille Claudel est internée dans un asile psychiatrique. Ses admirateurs lancent une campagne de presse pour protester. En vain : elle y restera jusqu'à sa mort.

Sculptrice de génie, Camille Claudel (1864-1943) défia le sexisme du monde de l'art et parvint à s'imposer comme une artiste de tout premier plan. Élève, maîtresse et muse de Rodin, elle s'affranchit peu à peu de son influence pour trouver sa propre voie et rencontrer le succès dès les années 1890.

Ses admirateurs ne manquent alors pas et les comptes-rendus critiques de ses œuvres sont souvent élogieux. Citons le texte passionné de l'écrivain Octave Mirbeau  paru en une du Journal , le 26 avril 1896 : "On dirait, ma parole, à entendre les critiques, que son buste d'enfant, taillé par elle-même, en plein marbre, est un joli ouvrage de dame, et rien de plus. Alors que c'est, en réalité, un vrai et puissant chef-d'œuvre [...].

Voici une jeune femme, au cerveau bouillonnant d'idées, à l'imagination somptueuse, à la main sûre, assouplie à toutes les difficultés du métier de statuaire  ; une jeune femme exceptionnelle sur qui n'est demeurée l'empreinte d'aucun maître, et qui prouve que son sexe est susceptible de création personnelle  ; voici une admirable et rare artiste enfin."

Lire la suite sur Rétronews , le site de presse de la Bibliothèque nationale de France (BNF)