Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Paroles de... > Post de Blog : Election présidentielle. Et la santé mentale ?

Post de Blog : Election présidentielle. Et la santé mentale ?

le 17 novembre 2016

[L'Express] Mesdames et messieurs, candidates et candidats à l’élection présidentielle, exprimez-vous sur le sujet de la santé mentale… J’ai une question à vous poser après ces quelques lignes d’introduction.

J’ai un diagnostique de bipolaire, j’ai multiplié les hospitalisations, j’ai expérimenté la folie, la dépression, bref mon hypersensibilité et mon expérience de vie m’a amené aujourd’hui à être à l’écart du système.

Le monde socio-professionnel est incompatible avec ma fragilité psychique. Je suis en région parisienne et rien que prendre les transports en commun est source d’anxiété. Ma personnalité hypersensible, hyper réactive au stress, hyper émotive etc, a bien du mal à cohabiter avec l’affluence des grandes villes, le béton, l’agitation, la densité d’information.

Calmer mon hypersensibilité à coup de médicaments et d’activités de développement personnel afin de m’insérer tant bien que mal à ce système, n’est pas la bonne solution… « Chasser le naturel, il revient au galop » : j’ai essayé de me ré-insérer à multiples reprises mais ma fragilité psychique a toujours fini par me faire rechuter.

J’ai besoin de calme, d’arbres, d’être entouré d’humain sensible, de mieux respecter ma fragilité, ma différence. Cet environnement qui me correspond, pour l’instant je ne l’ai trouvé que dans des cliniques, ou retraites.

J’utilise la première personne, mais en réalité nous sommes plus d’un million de bipolaires et autres hypersensibles qui luttons en silence pour tenter de nous insérer dans la société et simplement de vivre sans trop souffrir.

Pour la très grande majorité, nous vivons mal notre hypersensibilité, car c’est une faiblesse là où l’on doit se montrer fort, insensible et compétitif.

Si l’hypersensibilité était plus considérée, les hypersensibles de France pourraient révéler la créativité et toutes les richesses humaines qui se cachent sous cette fragilité et cela pour l’intérêt général.

Mesdames et messieurs candidats à la présidentielle, ma question est simple :

Quelle perspective offrez-vous à cette partie de la population qui n’est plus assez malade pour être à l’hôpital et pas assez « adaptée » pour s’épanouir dans notre société ?

Je ne sais pas si vous imaginez le nombre de français, comme moi, hypersensibles ayant des soucis de santé mentale et psychique qui cherchent difficilement leur place, qui ne demandent pas la lune, mais simplement une activité, une considération qui les aiderait à donner un sens à leur vie.

Jusqu’à aujourd’hui, nous sommes trop seuls avec notre fragilité.

Source L'Express