Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Paroles de... > Post de blog : Expériences psychiques inhabituelles, folies, stigmates et fierté (folle)

Post de blog : Expériences psychiques inhabituelles, folies, stigmates et fierté (folle)

le 13 mai 2019

Les délires, les croyances, les voix, les pensées obsessionnelles, les idées suicidaires, etc. sont des façons humaines d'exprimer une souffrance psychique extrême. Du point de vue de la psychiatrie biologiste, il s'agit de symptômes causés par un "dysfonctionnement neurobiologique". Outre le fait que cela n'a toujours pas été scientifiquement prouvé, malgré que des millions et des millions de personnes s'y soient employées, ce qui est certain c'est que ces soi-disant "symptômes" se manifestent dans la/le sujet comme des expériences subjectives, avec des caractéristiques différentes pour chaque personne. Liées à leur histoire et à leur situation.

Quand des expériences psychiques inhabituelles débordent de l'individu, les crises redoutées se produisent; elles consistent essentiellement à ne plus pouvoir gérer la souffrance, à se sentir inondé·e par elle, à perdre le contrôle, à perdre la raison, la soi-disant raison, à rompre avec la réalité consensuelle, à devenir fol. Il n'y a rien de plus effrayant dans nos sociétés que la folie, sinon la mort. Ces crises se produisent à des moments précis, quand elles se terminent la personne peut recommencer à faire sa vie, en cohabitant avec ses expériences et sans doute en envisageant quelques changements nécessaires, comme tout le monde après une crise.
Mais le "stigmate" à l'égard des personnes vivant des souffrances psychiques extrêmes vient en grande partie du fait que la notion de "maladie mentale" est reliée à l'idée de dangerosité, comme une sorte de virus incontrôlable par la/le sujet et indépendant des circonstances environnantes et de ses propres capacités. C'est-à-dire que lorsqu'on pense en termes de "maladie", les crises sont censées pouvoir apparaître à n'importe quel moment et sans raison apparente. De plus, on pense en termes de crise constante.

(...)

Le 19 mai (1er juin à Madrid) sera célébré pour la deuxième fois en Espagne la Journée de la Fierté Folle: une façon de visibiliser collectivement la diversité, la multiplicité des formes d'être à soi et au monde et d'exprimer la souffrance. Pour revendiquer les Droits Humains en santé mentale et que tous les êtres humain·es qui vivent ces expériences puissent avoir une vie digne d'être vécue

Lire la suite sur Zinzinzine