Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Paroles de... > Projet de création d'une Union nationale d'associations d'usagers

Projet de création d'une Union nationale d'associations d'usagers

le 23 avril 2015

Position du CRPA et de l'Union nationale GEM-France par rapport au projet d’Union d’associations d’usagers du système psychiatrique

Position du CRPA sur un projet d’union d’associations d’usagers du système psychiatrique, André Bitton

Nous avons été mis au courant de ce projet au début de ce mois sur lequel nous avons formulé quelques réserves, entre autres celles que nous avons déjà faites valoir sur la représentation institutionnelle des usagers en psychiatrie qui est biaisée et conçue pour évacuer et étouffer la contestation. Nous pensons qu’il y a un gap, un fossé, une fracture, qui s’est d’ailleurs considérablement accentuée depuis la série des questions prioritaires de constitutionnalité de 2010 à 2012, avec les réformes qu’elles ont entraînées, entre une association de lutte pour les droits fondamentaux des personnes soumises à des mesures de contrainte psychiatriques, ce qu’est le CRPA, et les associations d’usagers classiquement formées.

Notre association ne peut pas, a priori , s’intégrer à ce projet d’union d’associations d’usagers tel qu’il est actuellement envisagé, par contre un travail ponctuel en commun, sur un certain nombre de points précis, pourrait être envisagé.

 

Position de la présidente de l’Union nationale GEM-France, Maïté Arthur (extrait)

Nous n’imaginons pas actuellement comment fonctionner avec une autre Union nationale, composée des mêmes organisations déjà présentes chez nous plus quelques autres organisations que nous connaissons bien. Pourquoi ? tout d’abord parce que le temps nous manque à tous pour donner suffisamment de présence à la fois à chacune de nos organisations propres et à l’Union tant dans les réunions, colloques, groupes de travail etc… Ces manifestations nous prennent de temps à chacun et à tous. Nous nous demandons comment trouver du temps supplémentaire ; comment trouver, former et convaincre un nombre accru de bénévoles militants, et de l’énergie supplémentaire pour engager un travail de niveau institutionnel tout en gardant la capacité de maintenir les objectifs spécifiques de nos mouvements en tenant encore au-dessus d’eux une organisation d’envergure institutionnelle.

La commande institutionnelle tient toujours pour plus pratique d’homogénéiser la revendication et de n’avoir qu’une seule tête qui donne le « la » pour tous. Nous avons vu combien les résultats peu convaincants, voire contre-productifs pour la cause des usagers, de l’expérience FNAPSY qui a été longtemps l’organisation providentielle quelles que soient les situations et les problématiques à discuter, nous ont été préjudiciables.

Il serait, en outre, discriminant de fonder le socle de ce projet en cours à partir des seules associations agréées lesquelles seraient - encore une fois l’Histoire se répétant - les porte-paroles agréés également, des pouvoirs publics.

Par contre, nous serions preneurs d’une coordination qui prendrait le temps de se structurer en fonction des compétences de chacun, du temps disponible, de la mobilité, du travail à accomplir et qui serait une force de propositions vis-à-vis des pouvoirs publics. Chaque compétence associative étant efficace dans son champ d’action et ramenant au pot commun les acquis au bénéfice de nos adhérents tous usagers de la psychiatrie.

Source CRPA

Pour en savoir plus sur le projet d’union d’associations d’usagers du système psychiatrique : Psychiatrie. Des associations d’usagers en psychiatrie créent une nouvelle union nationale (HOSPIMEDIA