Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Paroles de... > Témoignage : Dépression post-partum : "Je me suis dit, c’est ma fille ou moi par la fenêtre"

Témoignage : Dépression post-partum : "Je me suis dit, c’est ma fille ou moi par la fenêtre"

le 8 avril 2019

La dépression post-partum, et les envies de suicide qui l’accompagnent parfois, touche jusqu’à 15% des jeunes mères. Enquête sur un fléau intime et encore tabou.

Quand son conjoint est parti accompagner leur aînée pour la rentrée des classes en septembre dernier, la première chose qui a traversé la tête de Claudia, c’est de passer sa fille de deux mois, ou elle-même, par la fenêtre. "Ou alors, j’attends que mon mari rentre, et je me tranche la gorge." Quand elle part en forêt, pour trouver un peu de répit dans sa vie de jeune mère, elle se demande à quel arbre elle pourrait bien se pendre. "Je n’avais pas envie de m’occuper de mon bébé, de me laver, de me lever. Il fallait que ça s’arrête. Que j’arrête de souffrir."

Claudia confie ces pensées à son conjoint. Il la soutient, lui assure que ça ira mieux, qu’ils vont traverser ça ensemble. Ses autres proches réagissent plus mal. "Mes tantes me disent de ne raconter ça à personne. Que j’ai un beau bébé et une belle situation. Je suis assistante sociale, quand je dis que je veux me débarrasser de mon bébé, ça ne passe pas."

Claudia n’est pas la seule maman à vivre ce type d’épreuve. Au téléphone, les glaçants récits présentent d’étranges similitudes. Anna a envisagé, au cours des deux premières années de vie de ses jumelles, de les balancer par la fenêtre ou de se supprimer. "Je me disais qu’au moins, la vie ne serait plus ce désespoir et cet épuisement physique et mental. J’avais l’impression que ça ne s’arrêterait jamais."

Lire la suite sur Néon