Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Paroles de... > Témoignage : Hippie, la transformation d'une utopie politique en enfer toxicomane

Témoignage : Hippie, la transformation d'une utopie politique en enfer toxicomane

le 17 juillet 2015

[Slate] Le photographe professionnel Joe Samberg, qui a vécu en hippie sur la côte californienne dans les années 1960, donne à voir l’usure psychotrope qui a transformé les utopistes à cheveux longs en squelettes opiomanes.

Joe Samberg avait 22 ans quand il a pris la route avec son frère pour aller vivre en hippie du côté de la côte californienne, raconte The Atlantic . Le jeune homme est dans une mauvaise passe et veut aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte de ce côté du continent américain. Il a abandonné ses études et traîne le deuil, mal soigné à coups de consommation de méthamphétamine, de sa fiancée et de sa mère.

Ce que Samberg, aujourd’hui photographe professionnel, donne à voir, c’est l’évolution, l’usure psychotrope qui conduira une génération d’utopistes à cheveux longs, issus des classes moyennes et généralement blanches américaines, à mettre fin à cette parenthèse hippie plus ou moins longue ou à se muer en squelettes opiomanes.

Au début, comme le dit la chanson et le cliché, il s’agit d’altérer sa conscience, avec des drogues de synthèse, pour mieux «l’ouvrir»  et changer le monde.

Source Slate