Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Paroles de... > Témoignage : Le jour où j'ai placé volontairement mon enfant

Témoignage : Le jour où j'ai placé volontairement mon enfant

le 22 janvier 2016

[TPL Moms] Le texte que vous vous apprêtez à lire, j'ai mis beaucoup de temps à l'écrire. Un an pour être précise. J'ai hésité avant de mettre en mot ce que ma famille et moi avons vécu avec notre enfant différent. Chaque fois où j'ai tenté de m'installer pour vous partager notre histoire, je me retrouvais en larmes devant mon écran. Aujourd'hui, les mots me viennent aisément et je trouve important de parler de ce que nous avons fait pour aider notre famille.

Notre aîné avait 9 ans à l'époque. Un grand préado qui cumule les diagnostics depuis l'âge de 5 ans. TDAH, trouble de l'opposition, trouble d'anxiété généralisée, dyspraxie motrice et syndrome de Gilles de la Tourette sont des termes souvent utilisés dans notre maison.
Il y a un an, notre fils était au plus mal de sa condition. Il était agressif, irrespectueux et souvent violent. Le milieu scolaire n'arrivait plus à le maintenir en classe et nous n'arrivions plus à gérer ses comportements à la maison.
À cette époque, nous vivions des événements stressants : perte d'emploi, maladie, fin d'un congé de maternité et mon retour au travail. Nous devions tenter de maintenir un milieu stable pour nos enfants, mais notre capacité d'adaptation n'a pas tenu le coup. Nous étions au bout du rouleau.
Un jour, après deux admissions aux urgences, trois interventions policières et plusieurs refus de service de notre CLSC, nous avons fait appel à la DPJ et avons demandé le placement volontaire de notre fils.
Notre grand garçon a passé 30 jours dans un foyer de groupe de réadaptation pour une évaluation. Pendant ces 30 jours, nous avons mis notre vie en veille. Nous étions des parents épuisés et une famille en souffrance. Nous devions reprendre notre souffle et prendre soin de nos trois autres enfants qui souffraient énormément eux aussi des comportements de leur frère aîné.
Nous avons ensuite été pris en charge par un intervenant spécialisé en santé mentale qui nous a coachés pendant neuf mois afin de maintenir notre fils à domicile et retrouver un équilibre de vie un tant soit peu normale.
À ce jour, le placement volontaire de notre garçon est, et restera sans doute, la décision la plus difficile que nous avons eue à prendre mon conjoint et moi.

Source TPL Moms